Manifesto

Cher-e Fellow Paper Lover,

Si je t’écris aujourd’hui c’est pour te parler de papier mais aussi de courrier. Tu te rappelles, ces petits bouts de papier qui font sourire ta boîte aux lettres ?
Ça fait combien de temps que tu ne t’es pas posé-e sur ton bureau (ou ta table de cuisine) pour écrire une lettre ? Pris le temps de choisir un beau stylo, t’asseoir et savourer ce moment calme pour mettre de l’ordre dans tes idées et réfléchir à ce que tu vas raconter ; choisi un beau timbre – qui ira bien avec l’enveloppe que tu auras pris soin de plier à la main en découpant les pages de magazines de ta maman (vieux souvenir d’enfance !) – et allé à la Poste pour qu’enfin, ta lettre soit livrée quelques jours plus tard à son destinataire.

Non vraiment ? Ça ne te rappelle rien ?


Et bien tu vas certainement me prendre pour une éternelle romantique mais moi, ça me rend un peu nostalgique tout ça… D’autant plus qu’aujourd’hui, on vit dans l’instantané absolu ! Un simple « clic », un simple « tap » nous fait immédiatement tomber dans un gouffre d’informations impersonnelles – voire parfois, bien trop personnelles – de personnes qu’on ne connaît probablement pas, peu ou même plus. De même, écrire un email, un texto, un tweet, aujourd’hui tout est fait pour être rapide et efficace ! Et d’ailleurs, la plupart du temps, on fait plusieurs choses en même temps – histoire de ne pas trop en perdre!(du temps) !

On pourrait donc croire qu’envoyer une lettre ne vaut plus le coup puisque nous savons déjà pas mal de choses sur beaucoup de monde… Mais personnellement, j’aime à penser le contraire ! Je me dis que c’est parce qu’on les a perdu, que ces rituels prennent une toute nouvelle saveur aujourd’hui.

Et c’est ce que j’essaie de transmettre dans chacune de mes créations !

Tout commence par le papier !
Souvent sous-estimé et utilisé comme simple support sans grande valeur, il cache en fait un véritable potentiel. Et c’est à nous, designers et artistes, de jouer avec pour ainsi transformer ce qui pourrait être banal et conventionnel en un objet mémorable, sensible et lumineux.

Chaque objet que je crée (même les plus simples) est pensé avec ce principe en tête : jouer avec les attentes des gens sur ce qu’une invitation devrait être ou ce que le papier devrait faire.
En m’amusant avec les formats, pliages, illustrations, typographie ou encore les techniques d’impression, je cherche à donner du volume et de la valeur à ce bout de papier qui, de premier abord, aurait pu sembler plat.

Il y a dans le design de papeterie une liberté et spontanéité de création qu’il est difficile de trouver ailleurs à mon goût. Comparé au design de marque par exemple, qui demande de répondre à certaines règles (marketing et/ou sociétales) pour être pérenne dans le temps, les invitations et autres objets de papeterie vendent du fun !

Un peu comme le lever de rideaux pour une pièce de théâtre, l’invitation est là pour créer du mystère, de l’anticipation. C’est elle qui va donner le ton de l’évènement mais aussi (et surtout) donner envie aux invités de se déplacer – il faut donc qu’elle les attire, les séduise et les émerveille !
C’est pour ça que chaque détail compte : de l’enveloppe au timbre en passant par la façon dont le papier est imprimé ou plié. L’ouverture de l’invitation devient alors une expérience à part entière.

À mon sens, il est donc important que la personne qui reçoit le courrier se sente unique et spéciale puisque celui-ci aura été créer à son attention. C’est pourquoi, par le travail des sens, de la matière et du geste, je façonne chaque invitation pour qu’elle raconte l’histoire unique qui s’y cache.
Par l’acte d’ouvrir l’enveloppe, de découvrir son contenu, le destinataire fait partie intégrante du processus. En lisant, touchant et même parfois sentant l’invitation, c’est Jeanne ou Pierre qui va la faire vivre. Et si je vais plus loin, c’est en souriant, pleurant ou riant qu’elle ou il va lui donner une âme.


L’émotion est la véritable clé de mon travail –
c’est ce qui m’inspire et c’est surtout ce que j’essaie d’inspirer en retour.



With Love,
A.